Ce n’est qu’en Syrie que le détenu devient un numéro